• C'était 4 adolescents de 17 ans. 4 populaires qui étaient aimés de tous. Deux couples, Aria, Hugo et Alicia, Taylor.

    Ils avaient tous vécu ensemble, tout partageait. Les joies et les peines de chacun. Les larmes de joie comme celles de tristesse.
    Ils c'étaient promis de rester ensemble jusqu'à l'infinie.
    Beaucoup de personnes dans leur lycée les enviait. Mais personne ne les connaissaient en dehore du Lycée. 

    Aria passée beaucoup de temps au cimetière pour voir les tombes de chacun des membres de sa famille qui était tous mort dans un foutu accident de voiture.

    Hugo avait un cancer du coeur qui mettrait fin à sa vie un jour ou l'autre.

    Alicia allait tous les jours à l'hôpital pour voir son père mourant.
    Taylor, quant à lui, fugue souvent de chez lui pour éviter de ce faire battre par son beau-père.


    Et oui, ils n'ont pas une vie parfaite malgré leurs popularités.
    Voilà maintenant 2 ans qu'ils vivent dans cette merde.
    Ils en ont marre de tout ça, malgré la joie qu'il s'apporte mutuellement chaque jour, ça ne suffit pas.
    Il décide donc de se retrouver après les cours, près d'un pont, le pont où ils se sont rencontré, le pont qui pour eux, est sacré.


    La cloche de l'établissement sonne.
    Ils sortent et vont chacun de leur côté.
    Aria passe au cimetière et pose sur chacune des tombes une rose blanche.
    Hugo rentre chez lui, embrasse ses parents et repart en prétextant un goûter avec ses amis.
    Alicia se dirigea vers l'hôpital, elle rentra dans la petite pièce et vue son père dormir, elle s'approcha, lui fit un bisou sur le front et repartie.

    Taylor se dirigea vers le pont directement pour attendre ses amis et sa copine qu'il aime tant.

    Ils arrivèrent un par un, ils étaient maintenant tous là. Ils s'approchèrent du pont et regardèrent dans le vide.

    30 mètres les séparaient de l'eau. Ils se regardèrent tous, se firent un câlin, et quelques bisous.

    Ils se tenirent la main, Aria, Hugo, Alicia et Taylor.

    Ils montèrent sur le bord du pont un par un en s'aident mutuellement.

    Ils se regardèrent une dernière fois, une larme coula sur le visage de chacun.

    Ils savaient qu'ils allaient mourir à cette hauteur du sol, se fracasser la tête à cause des cailloux pointus qui se trouvaient dans l'eau. Ils le savaient mais ils s'en fichaient, ils s'en avaient marre de vivre dans ce monde.

    Se tenant fermement la main,

    Ils tournèrent le visage, regardant le vide devant eux et ils sautèrent ensemble.

    Comme ils se l'était dit, ensemble, jusqu'à l'infinie.


    25 commentaires
  • je me sens seule, je me sens abandonné, incomprise dans ce tourbillon infernale qui est ma vie,
     je réfléchie à comment m'en sortir, 
    je réfléchi à comment me sentir mieux, 
    j'attend désespérément qu'une lumière s'allume dans ma vie,
     qu'une étincelle jaillisse et me remplisse de joie, je l'attend,
     je l'attendrais, je ne c'est combien de temps,
     je ne c'est si je vais survivre à cette attente, 
    mais j'essaierais,
     je me battrais, 
    jusqu'au bout.

     

     

    je n'aime pas, je n'aime pas parler avec les gens, je n'aime pas raconter ma vie, ou parler de mes problèmes,
    simplement parce que je ne veux pas de leur pitié,
    je veux être comme tout le monde, 
    'en ai peur, j'ai peur de la réaction des autres si je le dis,
    alors je dis rien, 
    je garde tout pour moi, 
    un jour tout éclatera, mais en attendant,
    tout reste au fond bien caché..

     

     

    tu vois cette personne que tu aime tant et qui se situe à des centaine ou des milliers de kilomètres, tu la haie cette distance qui vous sépare, ces fichus kilomètre que tu voudrais briser, quand cette personne n'es pas bien, tout s'effondre pour toi, tu voudrais juste pouvoir la serrer dans tes bras, lui chuchoter a l'oreille que tu l'aime et que tu es la, t'aimerais juste que cette distance n'existe pas,
    il y a des millions de personne près de chez nous, et on s'attache à une personne a des centaine ou des milliers de kilomètre,
    tu as besoin de cette personne, et je pense sincèrement que l'amitié virtuelle ou à distance est sans doute l'amitié la plus sincère qui n'a jamais existé, et croyez moi, il arrivera ce jour ou écran ne serra plus que passé, où tu prendra la voiture, le train, n'importe et que tu retrouvera cette personne que tu as tant aime, et tu pourras enfin la serrer dans tes bras et lui chuchoter à l'oreille que tu l'aime et que désormais tu es la.

    votre commentaire
  • J'ai sortie une phrase trop classe hier...

    Hier, j'ai regardée la lune, et je me suis dit;

    La lune, c'est le soleil de la nuit


    5 commentaires
  • Tu m'avais oublié en très peu de temps.


    Ça a été dur pour moi, très dure.


    Mais j'ai réussi à t'oublier.


    À me foutre royalement de qui tu fréquentais.


    À ne pas pleurer en te voyant sourire à une autre fille que moi.


    Oui, j'ai réussi.


    Mais aujourd'hui, après 6 mois, tu es revenue comme si de rien n'était.


    Comme s'il ne c'était rien passer.


    Tu es revenues me demander pardon de m'avoir ignoré tout ce temps.


    J'avoue que j'ai beaucoup réfléchi à ce que j'allais te répondre.


    Oui beaucoup.


    Et je me suis dit...


    Non, je ne te pardonnerais pas.


    Pourquoi ?


    Parce que tu crois que c'était simple de t'oublier ?


    De ne plus pensez à toi toutes la journée;


    De ne plus pleurer à cause toi.


    Tu crois vraiment que c'était simple ?


    Non, c'était dur...


    La chose la plus dure que j'ai faite de toute mon existence;


    Essayer d'oublier une personne que j'aimais.


    Voilà pourquoi je t'ai répondu non.


    J'estime que je me suis assez battue pour que tous mes efforts soient anéantie en te redonnant le force de me détruire une nouvelle fois.

     


    Avant de pardonner une personne qui vous a laissé tomber;
    N'oublier jamais ce que vous avez enduré;
    Pour essayer de l'oublier.

     


    1 commentaire
  • J'aimerais bien me réveiller le matin et ne pas t'avoir dans la tête,

    j'aimerais bien pouvoir marcher sans espérer que tu me regardes,

    j'aimerais aussi rien qu'une minute ne pas avoir ton visage en tête,

    ne pas succomber au moindre de tes sourires, arrêter de me faire des films,

    arrêter de rêver de nous deux, ne plus marquer ton prénom sur ma main,

    ou encore sur chaque bout de papier que je trouverais.


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique